Josman, Take A Mic, Makala & O’Boy, l’avant-garde à La Maroquinerie

25 novembre 2016
La scène rap français est en perpétuel mouvement et elle ne cesse de se renouveler. Les sonorités évoluent et les frontières musicales s’amincissent, c’est dans ce contexte inédit que le festival Paris Hip Hop Winter s’évertue à mettre en avant les talents émergents de la scène francophone. Tous les styles s’y confondent, se mélangent voir s’entrechoquent.

Du cloud rap de O’Boy à la sobriété et la noblesse d’un Espiiem, de l’électro/hip-hop virevoltant de Cheeko & Blanka au flow acéré de Take A Mic, du stoned rap de Josman à l’éloquence de Makala, tout est là pour déguster un bon cocktail entre conscience et insolence, ego et virtuosité…

Focus sur la soirée du 11 décembre qui se déroulera à la Maroquinerie pour vous faire découvrir l’avant garde de cette nouvelle génération!

articles-maroquinerie

Take A Mic c’est le bart Simpson du Game et son flow insolent lui réussit !

Il commence fort sa carrière solo en collaborant avec DJ Battle sur la mixtape Résolution. C’est surtout avec le projet Evolution en 2015 que le membre d’Eddie Hyde confirme qu’il est l’un des rookie les plus cotés du moment. Récemment signé chez Because Music le MC du 94 espère concrétiser l’essai avec Bipolaire son prochain projet dont il vient de balancer le premier extrait.

« El nino Terrible », un clip et un beat à la Travis Scott aux lyrics arrogants :

Avec une plume polyvalente aussi agressive que réfléchie, Josman fait partie des plus gros espoirs du rap français actuel.

Freestyler dans l’âme le Jeezy Jeezy Baby n’a pas peur du défi, il pose pour GrÜnt et gagne le End Of The Weak Paris en 2013. Dans cette continuité le rappeur originaire de Vierzon ne se gêne pas pour feater avec des MC’s reconnu comme Ol’Kainry ou A2H.

Niveau projets il envoie tout d’abord l’EP Echecs Positifs en 2015 puis la mixtape Matrix en juin 2016 qui reçoit un bon accueil et dont il a clippé de nombreux morceaux comme à « la fin du périple » où il se balade facilement sur l’instru :

Makala et ses allures d’ovni nous viennent de Suisse. Son écriture fine et sa couleur musicale unique dans le paysage rap francophone le distingue de la concurrence.

Le MC  du label Colors Records fait parti du crew Super Wak avec Di-Meh et Slimk, cependant c’est avec ses projets Varaigné Part. 1 et 2 sorties respectivement en 2014 et 2015 qu’il se fait connaître.

Si Makala fait preuve d’une maturité artistique étonnante c’est notamment grâce à sa collaboration avec le beatmaker Pink Flamingo, qui grâce à ses instrus, participe à l’identité musicale du MC. Il est donc logique que le Big Daddy Mak lui dédie un titre :

O’Boy c’est une grosse dose de lean dans les oreilles !

Des paroles crues et un flow atmosphérique. Une recette efficace dans un game aux influence de plus en plus cloud. Bref un style aussi chill que ténébreux. Le MC  membre du crew Way Boto ramène un univers musical entre Travis Scott et Joke si on ose les comparaisons les plus farfelues.

Petit à petit le MC se fait un nom à coup de bangers hypnotiques dont lui seul a le secret. Récemment il a dévoilé un premier projet solo : Olyside divinement accueilli par les amateurs du genre. En témoigne « Noir » aux ambiances sombres et lay back :